Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ligue 1 - L'heure des premières impressions...

Publié le par Thomas

Source : ouest-france.fr

Source : ouest-france.fr

Après quatre journées de championnat, certaines équipes se sont déjà fait remarquer, positivement ou négativement (voire les deux !). 105x68 dresse les premiers constats avant la trêve internationale...

Le PSG ou le feuilleton de l'été

Sérieux pour sa rentrée début août, soldée par un succès 3-0 face au Nîmes Olympique (enfin ce qu'il en reste), les parisiens ont payé les (trop) nombreuses turbulences internes une semaine plus tard en Bretagne, en cédant les trois points aux locaux (2-1). Il faut dire que le dossier Neymar était dans toutes les têtes, et ce jusqu'à il y a quelques heures encore. « Se queda » ou pas ? On a maintenant la réponse, le prodige brésilien va poursuivre l'aventure en France, même s'il n'en est pas enchanté. En revanche, le coach Tuchel va se réjouir des dernières heures de ce marché des transferts : au-delà du cas précédent, le club de la capitale va engager Mauro Icardi et a peut-être enfin réglé son problème de gardiens avec la double-arrivée de Keylor Navas et Sergio Rico. On suivra toutefois attentivement le coup d'envoi de la Ligue des Champions, avec la récéption du Real Madrid en septembre, seul révélateur pour le PSG et son entraîneur, clairement sous pression.

L'OL ou la force (faiblesse ?) de l'habitude

Quatre matchs pour deux victoires, dont une éclatante face au SCO d'Angers (6-0), un match nul décevant face à Bordeaux (1-1) et une défaite surprenante mais logique au vu du contenu à Montpellier (1-0). Bref, les joueurs de Sylvinho font les montagnes russes. Peut-être se préparent-ils déjà au déplacement en Champion's League pour affronter le Zénith Saint-Pétersbourg ? Ou plus vraisemblablement ils sont fidèles à eux-mêmes. Certains pensent qu'un élève faignant va devenir le plus travailleur du monde en changeant de professeur, que les nouvelles méthodes le motiveront. C'est probablement une erreur. Memphis Depay était devenu le meilleur ailier de Ligue 1, celui qui faisait le plus de replis défensifs, après deux rencontres. La réalité est réapparue par la suite. Idem pour Bertrand Traoré. Ce sont des intermittents du spectacle et ils le resteront. Pour ceux qui l'ont oublié, même José Mourinho n'a pas su faire changer le fantasque numéro 11 de l'OL. Faut-il s'inquiéter ? Non. Rien ne permet d'affirmer que les gones feront moins bien que les dernières saisons. Pour faire mieux et détrôner le PSG, ce sera par contre beaucoup plus compliqué...

L'OM dans la trace des lyonnais ?

Comptablement, les deux olympiques ont sept points (sur douze possibles). Mais au-delà des chiffres, les choix et les contenus de matchs se ressemblent un peu : le même 4-3-3 immuable (ou presque) quelque soit l'adversaire, et tant pis si Reims ou Bordeaux débarquent à l'extérieur avec un attaquant de plus ! En ouverture, les phocéens chutaient face à des rémois qui attaquaient à quatre donc (0-2), dans leur Vélodrome qui devait « faire peur » aux adversaires dixit André Villas-Boas. On a connu plus effrayant ! Une semaine plus tard, ils concédaient un nul miraculeux sur la pelouse de la Beaujoire (0-0), complètement dépassés en seconde période par un Nantes version Gourcuff. On notera que ce dernier a déjà donné un vrai style à son équipe en trois semaines. Si on pouvait en dire autant sur la Canebière... Alors oui, les deux succès consécutifs à Nice et face à l'ASSE ont redonné le sourire à « AVB » et son attaquant Dario Benedetto (auteur d'un but dans chacune de ces rencontres). Mais tout cela reste très fragile... Et demande confirmation.

Le LOSC et l'ASSE en dents de scie

Début de saison mitigé dans le Nord où Christophe Galtier n'a pas encore retrouvé le superbe équilibre de l'an dernier. Il faut dire que les départs de Nicolas Pépé et Thiago Mendes enlèvent deux armes redoutables dans le 4-2-3-1 des dogues. Les recrues Yacizi et André ont montré des choses intéressantes, mais manquent de régularité. On attend également de voir le rôle qui sera endossé par le joueur le plus cher de l'histoire du LOSC, Renato Sanches. C'est surtout à l'extérieur qu'il existe encore une vraie marge de progression. Côté stéphanois, on attend mieux aussi. Si le calendrier n'a pas été favorable aux verts (déplacements à Lille et à Marseille), ils n'ont pas été capables de l'emporter face au promu brestois (1-1) et ont galéré en ouverture à Dijon (1-2). On sent que Ghislain Printant tatonne encore un peu sur le plan tactique mais le 3-5-2 lancé au Vélodrome pourrait servir de base pour la suite.

Rennes, Nice et Angers ont le sourire !

Autour du PSG, trois équipes comptent neuf points : Rennes, fort de son succès face au champion de France en titre et séduisant dans son 3-5-2 bien rodé, qui a commencé par un neuf sur neuf avant de s'incliner face à l'OGC Nice (1-2). Les aiglons n'ont eux aussi connu qu'un seul revers dans le derby du Sud face à l'OM (1-2), alors que Patrick Vieira n'a pas encore pu s'appuyer sur les recrues signées INEOS (Dolberg, Claude-Maurice, Ounas, Nsoki) et qui font d'ores-et-déjà du Gym un prétendant aux places européennes. Enfin, Angers ne finit plus de surprendre et accompagnent ces trois cadors, malgré plusieurs départs majeurs cet été (Reïne-Adélaide...), en recrutant intelligement (El-Melali, Pereira Lage, Thioub...). L'expérience et le savoir-faire de Stéphane Moulin font le reste et hormis la claque reçue au Groupama Stadium (6-0), la feuille de route est plus que positive.

Des états de forme divers...

Parmi les autres formations, Montpellier débute doucement et le succès face aux lyonnais (1-0) sauve les apparences (4 points), Monaco poursuit sur sa lancée 2018-2019 et inquiète grandement (2 points), Strasbourg sauve les meubles avec trois nuls au beau milieu de la campagne européenne (3 points), les promus messins et brestois sont attirants et ont un bilan comptable tout à fait honorable (4 et 5 points), Bordeaux est au petit trot (4 points) et Dijon a déjà un pied (si ce n'est plus) en Ligue 2 après un mercato raté de bout en bout (0 point)...

Espérons que les deux semaines de trêve internationale débutées aujourd'hui permettent aux entraîneurs de poursuivre leur travail (ou de le commencer pour certains). Le football français aura besoin de ses cinq équipes qualifiées en Coupe d'Europe au meilleur de leur forme !

Commenter cet article