Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le grand bilan Ligue 1 - LOSC : Galtier et sa (vraie) tribu

Publié le par Thomas

Source : LOSC.fr

Source : LOSC.fr

Lille qui soulève l'Hexagoal, on ne l'avait pas vu venir ! Une saison inoubliable et parfaitement maîtrisée par les hommes de Christophe Galtier... Voici notre bilan complet sur le LOSC et son entraîneur !

Galtier, le bâtisseur...

Son passage dans le nord restera marquant : Christophe Galtier a parfaitement géré cette saison 2020/2021, pour amener son LOSC jusqu'à la victoire ultime, le titre de champion de France. Les six premiers mois ont mis en valeur la gestion parfaite de l'effectif entre les rencontres européennes du jeudi soir et celles de Ligue 1 le week-end. Il est vrai que l'élimination contre l'Ajax, en 1/16ème de finale de Ligue Europa, nous a déçu, mais peut-être est-ce l'une des explications du titre final. L'équipe a moins tourné, les titulaires se sont imposés et les cadres ont répondu présent, à l'image de Mike Maignan, José Fonte, Benjamin André et Burak Yilmaz. Un effectif (très) bien construit par l'ancien directeur sportif Luis Campos (voir paragraphe suivant). Après avoir maintenu Lille dans l'élite en 2018 malgré une situation post-Bielsa catastrophique, décroché une deuxième place inattendue en 2019 avec la "BIP-BIP", échoué au pied du podium (1 point) dans une saison 2020 tronquée, Galtier ramène donc le graal dans les Hauts-de-France. En 152 matchs sur le banc des dogues, le technicien a décroché 1,74 point de moyenne.

Source : Twitter

Campos, l'architecte...

Si Galtier a bâtit une équipe solide et de caractère pour réaliser cet exploit, c'est grâce à un architecte du football portugais nommé Luis Campos. Le scout formait un binôme complémentaire et efficace avec le coach : il est allé chercher, avec ses collaborateurs, des inconnus (ou peu connus) du grand-public. Burak Yilmaz, Yusuf Yazici, Zeki Celik, Sven Botman : ils ont tous répondu aux exigences du staff en se fondant dans le collectif lillois. Comme en 2017 lorsqu'il était à Monaco, Campos a fait chuter le PSG avec ses choix, ses hommes, son réseau ! Mais sa production lilloise est encore plus remarquable puisqu'elle comporte moins de "déchets" que sur le Rocher. Des "flops" il y en a eu, mais assez peu pour qu'ils soient complètement couverts par les réussites... et par un trophée !

Lopez, le (vrai) président...

Certains pointeront la situation économique du club, son départ précipité et poussé par le fonds Elliott en décembre dernier. Et ils n'ont pas tort. Mais on ne peut pas réduire l'histoire de Gérard Lopez au LOSC à ces (graves) problèmes. Le propriétaire, qui ne connaissait pas vraiment le football lors de son arrivée en 2017, a su s'entourer et se remettre en question après le fiasco Bielsa. Il a choisi l'un des meilleurs entraîneurs français et européens, a donné des moyens pour recruter (Renato Sanches, transféré pour 20 millions d'euros, en est le symbole) tout en assumant son modèle de "trading". Surtout, l'homme savait se placer correctement dans le club : il était proche du coach sans pour autant interférer dans son travail. Galtier l'a toujours répété, même (et surtout) après l'arrivée d'Olivier Létang en janvier : "cette victoire est celle de Gérard", "je veux rendre hommage au travail de Gérard Lopez". Le départ du propriétaire, combiné à celui de Luis Campos et à l'arrivée d'un homme omniprésent voulant tout contrôler (Létang), a fini de décider Galtier à tourner cette belle page lilloise...

Source : Twitter

 

Commenter cet article