Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ligue 1 - Directeurs sportifs : quel turn-over !

Publié le par Thomas

Ligue 1 - Directeurs sportifs : quel turn-over !

Départs, remplacements, arrivées, échanges... On n'en finit plus d'apprendre des changements d'organigrammes dans nos clubs, plus particulièrement au poste, ô combien stratégique, de directeur sportif. Un signal peu réjouissant sur l'état d'un certain nombre d'« institutions » de l'hexagone... On fait le point sur les mouvements connus à ce jour.

OL : au-revoir Maurice, welcome Cheyrou

L'ancien joueur de Liverpool, qui a cotoyé Gérard Houiller, va prendre la tête du recrutement lyonnais. © FootSur7

Le club rhodanien s'apprête à vivre un second été agité consécutif ! Après avoir tenté la "révolution" brésilienne, avec le départ de Bruno Génésio et les arrivées de Juninho et Sylvinho, l'OL perd son directeur sportif officieux Florian Maurice, en perte d'influence. Les gones ont aussi vu Bernard Lacombe, bras droit du président Aulas, prendre sa retraite en décembre dernier, et Grégory Coupet, entraîneur des gardiens, partir du côté de Dijon. Pour ce qui est de la cellule de recrutement donc, c'est l'ancien responsable des féminines au PSG, Bruno Cheyrou, qui va prendre les commandes. Margot Dumont, journaliste à beIN Sport, a précisé que "Cheyrou est un grand travailleur, toujours au téléphone, avec un vaste réseau", tandis que des premières critiques émergent (déjà) sur les réseaux sociaux... Il devra en tout cas se montrer au niveau de son prédécesseur. Remis en cause par certains, qui pointent ses erreurs (Andersen, Mendes, Yanga-Mbiwa) ; encensé par d'autres, qui soulignent ses belles réussites sportives et économiques (Ndombélé, Mendy, Denayer) : Florian Maurice jouit d'un bilan honorable à l'OL. "Au-revoir" Maurice, jugé trop artisanal, "welcome" Cheyrou, qui va faire passer le cap international au club de Jean-Michel Aulas ?

Rennes aux couleurs lyonnaises...

Florian Maurice a formé un duo efficace avec Bruno Génésio à l'OL. Le sera-t'il autant avec Julien Stéphan ? © Le10Sport

Après Jérémy Morel, Romain Del Castillo ou encore Clément Grenier sur le terrain, c'est au tour du directeur sportif de débarquer, d'entre Rhône et Saône, en Ile-et-Vilaine ! Le club breton, qui va goûter aux tours préliminaires de la Ligue des Champions, s'organise comme un grand européen. Le nouveau président Nicolas Holveck s'occupera surtout de l'aspect administratif, et délèguera le côté sportif à Florian Maurice. Sylvain Armand, jusque là "coordinateur sportif", pourrait bien quitter Rennes. Il va être intéressant de scruter la manière dont Florian Maurice va occuper son nouveau poste : quelle relation avec les médias, rares et distantes à Lyon ? Sera-t'il plus "Leonardo" ou "Juninho" ? Quel recrutement, qui dépendra évidemment des moyens mis à sa disposition ? Quelle méthode de travail avec le coach Julien Stéphan ? On sait que le "fils de" a un caractère bien à lui, et aime avoir un peu d'indépendance et être consulté (voire écouté) pour le mercato. On a envie de voir si chacun saura rester à sa place, sans piétiner les plate-bandes du voisin. D'autant que si l'ancien attaquant a quitté l'OL, c'est en partie pour ces problèmes de rôles flous...

Angers, fini le trio magique !

Saïd Chabane, Stéphane Moulin et Olivier Pickeu : le socle qui a fait réussir le SCO... © L'équipe

On a souligné, à maintes reprises, l'importance de la synergie à la tête de la direction angevine. Depuis la reprise du club par le président Saïd Chabane, Olivier Pickeu gérait toute la partie sportive (nommé en 2006), et l'entraîneur Stéphane Moulin est numéro 1 depuis 2011. Les trois hommes s'entendaient bien : le coach définissait les profils qu'il souhaitait recruter, le directeur sportif cherchait un certain nombre de joueurs répondant aux demandes, et le président les rencontrait afin de jauger leur capacité d'intégration dans la Maine-et-Loire. L'attitude et le comportement ont toujours été des facteurs primordiaux dans le choix des recrues. Seulement, après avoir été mis en examen pour agressions sexuelles, l'homme d'affaire a décidé de se séparer d'Olivier Pickeu, ce dernier se disant "surpris" et "sous le choc". Un président délégué, Fabrice Favetto-Bon, a été nommé : "ce sera l’occasion de nouveaux recrutements et d’une réorganisation plus globale au sein des instances du club", communiquait le SCO, qui intronisait quelques jours plus tard Sébastien Larcier, responsable du recrutement à Dijon depuis 2012. Il n'est donc pas aisé d'anticiper les mois à venir du côté de Raymond Kopa. Espérons que la "révolution" ne tourne pas au vinaigre : la stabilité, jusqu'à nouvel ordre, demeure le meilleur ingrédient pour un plat réussi... Quant au manager licencié, il pourrait profiter des nombreux changements (en France ou ailleurs) pour rebondir : sur la canebière, au hasard ?...

OM : et "Zubi" s'arrêta...

Arrivé avec J-H. Eyraud en 2016, le directeur sportif quitte ses fonctions. © Le10Sport

14 mai 2020, peu avant 22H : l'Olympique de Marseille communique officiellement sur la fin de collaboration avec le dirigeant espagnol. Un paradoxe envahit la cité phocéenne : une tension et un stress palpable, une déception terrible, alors même que "Zubi" n'a jamais convaincu à l'OM, et s'était même vu indiquer le chemin de la sortie par les supporters quelques mois auparavant. En effet, "personne ne regrettera Andoni Zubizarreta à Marseille", confirmait Éric di Meco sur RMC la semaine dernière. Mais tout-le-monde a dans son esprit que ce départ peut entraîner celui de l'entraîneur André Villas-Boas, véritable héros sur la canebière, suite à sa remarquable saison 2019/2020. Depuis, on est dans le flou, mais une certitude : "AVB" n'est pas aussi catégorique dans ses actes que dans sa communication, sinon il aurait déjà présenté sa démission, comme un certain Bielsa l'a fait par le passé. Pour revenir sur la direction sportive, le président Jacques-Henri Eyraud a confié vouloir nommer "un directeur du football". Il aurait cette idée depuis l'automne, mais n'a pourtant toujours pas de réelles pistes ! Il semblerait que ce soit directement l'actionnaire Franck Mc Court qui ait demandé d'éjecter "Zubi". Le portrait robot du futur  directeur sportif : savoir acheter à bas coût, vendre très cher, et être diplomate pour gérer les tensions dans le club. Il faudra rapidement clarifier la situation, pour préparer une saison qui s'annonce tout aussi excitante que périlleuse pour les olympiens.

Si Lille perdait son maître d'oeuvre ?

Celui qui est directeur sportif officieux du LOSC a mis un coup de pression à son président. © LePetitLillois.com

Ce n'est pas encore fait, mais c'est inquiétant : Luis Campos, brillant recruteur des dogues, serait tenté par un départ. Le portugais, depuis son arrivée dans le nord en 2017, a grandement participé au recrutement de Jonathan Ikoné, Yussuf Yazici, Victor Osimhen ou encore Nicolas Pépé. Il forme, avec Christophe Galtier, un duo complémentaire : le technicien expliquait en conférence de presse préférer se concentrer sur l'entraînement plutôt que de devoir gérer plusieurs dossiers, comme c'était le cas à l'ASSE. Mais le bras droit de Gérard Lopez semble se lasser, lui qui n'a fait qu'un an au Real Madrid et trois à Monaco. Il n'aurait pas apprécié les contacts entre le coach Galtier et l'Oympique de Marseille, ainsi que de ne pas avoir été consulté sur les derniers dossiers majeurs. Selon les informations de RMC SPORT, le président s'est expliqué samedi matin avec le portugais, lui expliquant notamment qu'il ne comptait pas le libérer de son contrat (il lui reste trois ans). Luis Campos assure de son côté "n'avoir aucun club", mais les rumeurs vont bon train : il a été successivement annoncé à Marseille, bien que cela semble compliqué avec "JHE", Monaco, Newcastle (possiblement racheté par des saoudiens) ou Tottenham (où il retrouverait Mourinho). Plus d'informations devraient sortir dans les prochains jours, mais un départ constituerait un coup dur à Lille...

Une tête d'affiche à Dijon !

Peguy Luyindula (à gauche), néo-directeur sportif dijonnais, en discussion avec le coach Stéphane Jobard. © RMCSport

On termine ce tour de France en Bourgogne, plus précisément à Dijon. Après une saison 2018/2019 laborieuse, avec un maintien acquis à l'arrache contre Lens (en barrages), le DFCO a entamé une restructuration profonde. D'abord en ne conservant pas Antoine Kombouaré l'été dernier, préférant faire confiance à un homme de la maison, en la personne de Stéphane Jobard, ancien adjoint d'Olivier Dall'Oglio. Le jeu pratiqué s'en est évidemment ressenti... Puis cet été, en libérant Sébastien Larcier, parti à Angers (voir ci-dessus), et en nommant Peguy Luyindula à la tête du sportif. L'ancien attaquant de Lyon, Marseille ou encore Paris, qui n'a que 40 ans, s'était déjà rapproché du président Olivier Delcourt depuis quelques mois. Sa jeunesse a semble-t'il convaincu "OD" d'en faire son bras droit, pour prendre un peu de recul ?! Une bonne idée pour repartir de l'avant, après avoir traversé une zone de turbulence en 2019. La connaissance du football du néo-dirigeant devrait permettre aux dijonnais de grandir encore, et d'attirer des noms prestigieux ? Sans doute, l'arrivée de Grégory Coupet (de Lyon) dans le staff laissant d'ailleurs augurer de belles choses. Le projet de construction d'un nouveau centre d'entraînement, lancé il y a peu, démontre à quel point le "club de la chouette" est en train de s'installer au plus haut niveau, avec toutes les composantes d'une belle équipe européenne... Exemple à suivre !

Voilà pour ce tour d'horizon (non exhaustif) des changements à la tête de nos clubs. Reste à savoir si les résultats seront au rendez-vous. Quoi qu'il en soit, autant de turbulences risquent de laissez des traces au sein des équipes...

Commenter cet article