Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ligue 1 - Notre classement prédictif pour 2019/2020 !

Publié le par Thomas

Source : RMC Sport

Source : RMC Sport

A quelques heures de la reprise officielle du championnat de France de football, notre équipe dresse, comme l'an dernier, un classement prédictif pour cette saison 2019-2020.

Champion : Paris Saint-Germain

On n'a pas fait preuve d'une grande originalité... Mais comme aime le rappeler Didier Deschamps, ce qui est important en football (et pas que d'ailleurs), c'est d'être pragmatique. Avec de loin la plus grosse valeur d'effectif du championnat (995 millions d'euros, disons un milliard), l'écurie de Thomas Tuchel ne devrait pas trop galérer pour rafler un nouveau titre de champion de ligue 1. Sans oublier que le technicien allemand joue gros après un exercice 2018-2019 très moyen, et que si des difficultés devaient apparaître, les ombres de José Mourinho et Massimiliano Allegri, très appréciés par le directeur sportif Leonardo, devraient ressurgir au-dessus du Parc des Princes. Neymar, parti pour rester, a aussi intérêt à briller sur les pelouses de l'hexagone, s'il veut espérer convaincre un club de l'acheter l'été prochain, pour le sortir de son "calvaire" francilien. Idem pour l'international français Kylian Mbappé, qui aimerait goûter au succès avec "son club de coeur" avant de voler de ses propres ailes (au Real Madrid, par exemple). Bref, il n'est pas question de se rater là où personne n'attend de failles !

Deuxième : Olympique Lyonnais

Deuxième valeur d'effectif derrière l'intouchable parisien (340 millions d'euros), l'OL va une nouvelle fois devoir se qualifier pour la prochaine édition de la Ligue des Champions. Cet (unique) objectif a été confirmé par le néo-entraîneur Sylvinho, qui va connaître sa première expérience comme Numéro 1, après avoir été l'adjoint de Mancini en Italie et surtout Tite à la tête de la sélection brésilienne. Et on sait qu'une première compte beaucoup dans la suite d'une carrière : pas besoin de développer, il vaut mieux la réussir ! Certes orphelins de Tanguy Ndombélé (parti à Tottenham), Nabil Fékir (Betis Séville) et Ferland Mendy (Real Madrid), les gones ont su anticiper et se sont attachés les services des lillois Thiago Mendes et Youssouf Koné, sans oublier le renfort danois Andersen en défense centrale, secteur dans lequel Bruno Génésio n'avait pas réussi à mettre de a stabilité, pas aidé par un Marcelo sur la pente descendante. On ne voit en fait pas quelle équipe pourrait revendiquer un tel effectif en Ligue 1, de là à doubler les pensionnaires du Groupama Stadium !

Troisième : Olympique de Marseille

Cette fois, ce sera la bonne ! Emmené par le portugais André Villas-Boas, qui a remplacé Rudi Garcia, les phocéens ont tous les atouts pour accéder à la compétition reine européenne, et relancer le fameux "Champions Project". En effet, "AVB" dispose d'un effectif de qualité, dans lequel on ne peut imaginer que Strootman et Gustavo réitèrent les prestations de l'an dernier, que Payet fasse encore dix mois en surpoids, et que Mandanda ne retrouve pas sa superbe qui l'a menée en Equipe de France ! Il faudra songer à recruter sur le flanc gauche, où Jordan Amavi est de plus en plus inquiétant, et s'appuyer sur l'attaquant argentin Dario Benedetto, dont la grinta devrait séduire le Vélodrome. Et n'oublions pas qu'il n'y a pas de coupe d'Europe cette saison du côté de la Canebière quand les concurrents directs devront gérer des semaines à deux matchs (Lille, Saint-Etienne, Rennes) !

Quatrième : Montpellier

C'est LA surprise de notre classement ! Pas très loin de décrocher l'Europa League depuis deux saisons, les héraultais ont (encore) recruté intelligemment cet été en signant Jordan Ferri et Téji Savanier (malheureusement blessé deux mois) dans l'entrejeu. Secteur de jeu où le MHSC a perdu Ellyes Skhiri, parti à Cologne en Allemagne. Basé sur une défense de fer où "Papy" Hilton (doyen de la Ligue 1) siège aux côtés de Pedro Mendes, Daniel Congré ou du jeune Mathias Suarez, le système de Michel Der Zakarian a su se diversifier l'an dernier grâce à une triplette d'attaque Delort-Laborde-Mollet qui a fait mal à bien des défenses de l'élite. Tous trois devraient rester au club, ce qui nous fait dire que c'est l'année ou jamais pour le club de Laurent Nicollin...

Cinquième : LOSC

Après leur brillante saison 2018-2019, les dogues vont découvrir la Ligue des Champions, une première pour beaucoup, à commencer par le coach Christophe Galtier. Ce dernier va devoir faire face aux multiples départs, nécessaires à l'équilibre des comptes en vue du passage face à la DNCG : Nicolas Pépé à Arsenal, Thiago Mendes et Youssouf Koné à Lyon, Rafael Leao à Milan... Malgré le recrutement malin de Luis Campos (Weah du PSG, André de Rennes, Jardim de Rio Ave...), il sera difficile pour les nordistes de tenir le rythme imposé par la C1, et décrocher cette cinquième position synonyme, peut-être, de qualification en Europa League, serait déjà une belle réussite.

Sixième : AS Monaco

Pas très optimiste pour le club de la Principauté ? Plutôt si ! Après avoir vécu un cauchemar sans précédent en frôlant la relégation, les rouges et blancs doivent tout reconstruire : nouveau président (Vasilyev a été limogé, remplacé par Oleg Petrov), effectif à repenser de A à Z, méthodes de coaching à adapter pour Jardim, préparation physique et staff médical à revoir... Et on peut s'inquiéter du non-avancement du mercato à l'ASM : un nombre de joueurs stratosphérique à refourguer là où on en voudra, des vrais leaders à intégrer. Comment va jouer Monaco ? Avec qui ? Autant de questions qui ne nous laissent pas espérer mieux...

Septième : Saint-Etienne

Le travail est plutôt bien fait dans le Forez. Mais le départ de Rémy Cabella va changer certaines choses : contrairement à ce que croient certains, le football ce n'est pas FIFA ou PES, et même si la qualité de Ryad Boudebouz n'est pas remise en cause, Ghislain Printant devra reconstruire autour du dernier arrivant en modifiant sûrement certains mouvements ou circuits préférentiels... Une perte de temps pas nécessaire quand on sait que les phases de poule d'Europa League arriveront dès le mois de septembre, et que la difficulté de cumuler les deux compétitions sera un problème, comme dans tous les clubs ayant un effectif limité. Et on miserait bien sur un joli parcours des verts pour leur retour sur la scène continentale, ce qui explique cette position décevante en championnat.

Huitième : Stade Rennais

Les bretons, à l'instar de leurs homologues stéphanois, risquent de souffrir les jeudis soirs et d'y laisser beaucoup  de plumes. Avec les départs du capitaine Benjamin André, d'Hatem Ben Arfa, de l'expérimenté Mexer, et peut-être d'Ismaïla Sarr ou Benjamin Bourigeaud, Julien Stéphan va devoir composer avec un groupe réduit, même s'il pourra compter sur des relais de terrain avec Damien Da Silva ou Clément Grenier. La campagne de préparation ne prête pas vraiment à l'optimisme non plus. Et puis les rennais ont prouvé la saison dernière qu'ils étaient une équipe de coupes, ce qui pompe de l'énergie en Ligue 1...

Neuvième : RC Strasbourg

"Si on atteint l'Europe, ça va être une saison difficile en championnat" : ce sont les mots du président Marc Keller avant le match aller face au Maccabi Haïfa. Certes, la qualification en poules de C3 n'est pas encore actée (il reste deux tours à passer), mais on n'imagine pas d'autre issue que la présence du club alsacien aux côtés de l'ASSE et de Rennes, pour le bien du football français et pour la beauté des soirées européennes à la Meinau. Il faudra alors assurer le strict minimum en championnat, c'est-à-dire le maintien. Compte tenu de l'effectif à disposition de Thierry Laurey, on ne se fait pas trop de soucis de ce côté là...

Dixième : OGC Nice

Oui, le rachat du Gym par le milliardaire anglais Jim Ratcliffe est tout proche. Mais on ne misera pas aussi facilement sur un succès des aiglons en Ligue 1 cette saison que sur le maillot jaune d'un coureur de la Team Ineos sur le Tour de France... En même temps, Patrick Vieira n'a pour l'instant pas dans son effectif l'équivalent de Egan Bernal, Geraint Thomas et Chris Froome ! Il s'appuie plutôt sur des Maolida, Hérelle, Thuram (Kephren, pas Marcus !) & Cie. Difficile d'imaginer une équipe balayée 6-1 par Burnley et défaite face à Cardiff, Thoune ou le Standard de Liège en préparation s'installer dans la première partie de tableau (si, tout juste) de l'élite française. Le vrai projet, ce sera pour 2020/2021 !

Onzième : Girondins de Bordeaux

Comme souligné dans l'article paru ce lundi, on ne sait pas trop à quoi s'attendre chez les girondins cette saison... Mercato calme hormis l'arrivée en grandes pompes de Koscielny, loft mis en place par Paulo Sousa (dans lequel on retrouve Sankharé notamment), campagne de préparation catastrophique, supposée "culture de la gagne" qui ne porte pas ses fruits... Autant dire qu'une place dans le ventre mou (histoire de ne pas trop flipper pour le maintien) conviendra à tout-le-monde. Sauf aux supporters, mais ils commencent à en avoir l'habitude !

Douzième : Toulouse FC

Voisins géographiques, mais aussi au classement ! Le TFC devrait nager dans les mêmes eaux que leurs homologues bordelais, comme depuis de nombreuses années. Même si des renforts sont arrivés dans le groupe d'Alain Casanova (Koulouris, Makengo, Vainqueur), on n'oublie pas que le capitaine Gradel va quitter le club et que le soldat Cahuzac ou l'ailier Durmaz ont fait leur valise... On aimerait espérer mais on n'y arrive plus. On surveillera d'ailleurs le gardien Baptiste Reynet, auteur d'une saison dernière pour le moins contrasté !

Treizième : Angers SCO

Tout-le-monde souligne le très bon travail réalisé à Angers sous la houlette de Saïd Chabane et Stéphane Moulin, plus ancien entraîneur en poste dans les cinq grands championnats européens. Malgré tout, le SCO ne peut réellement viser plus haut que le ventre mou, avec le 18ème budget de Ligue 1 l'an dernier ! Mais les pensionnaires du stade Raymond Kopa ne devraient pas trembler pour le maintien avec des recrues encore malines telles que Rachid Alioui, Sada Thioub ou encore Petkovic.

Quatorzième : Stade de Reims

Moins bien que la surprenante huitième position occupée par les champenois en mai dernier. Il faut dire qu'avec les départs de Pablo Chavarria, Edouard Mendy et Bjorn Engels, auxquels s'ajouteront peut-être ceux de Rémi Oudin ou Mathieu Cafaro, c'est tout le secteur offesinf qui est à reconstruire pour David Guion. En revanche, le technicien rémois pourra s'appuyer sur sa solidité défensive, incarnée par Alaixys Romao et Yunis Abdelhamid, tous deux prolongés, pour maintenir ce club historique dans l'élite.

Quinzième : Stade Brestois

Des retrouvailles avec la Ligue 1 qui vont sourire aux bretons. En gardant la colonne vertébrale de la formation de Jean-Marc Furlan ainsi que sa philosophie et en amenant un peu plus de "rigueur défensive" dixit le néo-coach brestois Olivier Dall'Oglio, aucune raison de faire l'ascenseur. D'autant que l'ancien entraîneur de Dijon a déjà connu ce genre missions dans la Côte d'Or. Si Gaëtan Charbonnier était son "Tavares" du côté de Francis-Le Blé ?!

Seizième : Amiens SC

Pas une saison très sereine en perspective pour les picards. En remplaçant l'expérimenté Christophe Pélissier sur le banc par le débutant Luka Elsner (slovène), Bernard Joannin tente un sacré coup de poker, lui qui qualifiait le fils de l'ancien gardien niçois de son "coup de coeur". Reste qu'avec les départs de El Hajjam et surtout Adenon en défense centrale, il faudra rebâtir une arrière-garde qui n'a jamais été le point fort (12ème de Ligue 1 en 2018-2019) du côté de la Licorne. Il reste toutefois une attaque intéressante et l'apport de Christophe Jallet dans un vestiaire jeune pourrait faire la différence dans le "money-time" !

Dix-septième : FC Metz

C'est la dernière place plutôt agréable à occuper ! Les lorrains auront fort à faire et comptent bien s'appuyer sur leur ossature de l'an dernier, qui les a fait briller à l'étage inférieur, les menant au titre de Champion de Domino's Ligue 2. Mais sa grande soeur est impitoyable et la moindre erreur se paie cash. Les hommes de Vincent Hognon, promu entraîneur principal après la mise en retrait de Frédéric Antonetti, devraient suivre les traces d'un club qu'ils connaissent bien (et qu'ils n'aiment pas trop) lors de sa première dans l'élite : le RC Strasbourg ! Avec un coup-franc de Cohade dans le temps additionnel face à Angers, le week-end du 23 mai 2020 ?!

Dix-huitième : Nîmes Olympique

"Le mercato ? Il est pour l'instant très mauvais !" : cette réponse cinglante, c'est le coach gardois Bernard Blaquart qui l'a balancée la semaine dernière. Comment lui donner tort ? Séparé de Téji Savanier (meilleur passeur de Ligue 1 l'an dernier), Sada Thioub, Rachid Alioui, Denis Bouanga, Jordan Ferri, Hervé Lybohy, Umut Bozok et Baptiste Guillaume ; le technicien du "NO" a du travail... mais pas beaucoup de matériel ! Malgré une campagne préparatoire satisfaisante, on voit mal les crocos être aussi incisifs que lors du dernier exercice. Celui qui leur permettra d'accrocher les barrages ? Le portier Bernardoni, assurément beaucoup sollicité...

Dix-neuvième : FC Nantes

Les canaris enchaînent les bêtises et vont peut-être bien les payer toutes d'un coup ! Mais quel coup... Ce serait terrible de voir ce superbe club historique du championnat de France et ses supporters de la Beaujoire descendre se morfondre en Ligue 2 aux côtés du RC Lens et de l'AJ Auxerre. En revanche, remettre les idées en place chez le "FC Kita" en prenant un bon coup sur la tête, c'est sûrement ce qu'il y a de mieux à faire. Toujours aussi catastrophique dans sa gestion des entraîneurs, Waldemar Kita a fini par pousser Vahid Halilhodzic dehors, lui qui avait maintenu les canaris la saison dernière, malgré toutes les turbulences qui les ont touchés... Pour installer qui à sa  place ? Pour l'instant Patrick Collot en intérim. Combien de temps durera le prochain ?

Vingtième et lanterne rouge : Dijon FCO

Il en faut une ! L'an dernier, ce fût Guingamp. Et cette année aussi la couleur pourrait coller à celle du club condamné. Les bourguignons, miraculés en mai dernier grâce au premier succès des bordelais sous l'ère Sousa à d'Ornano, puis bousculés par des lensois beaucoup plus dynamiques qu'eux en barrages, sont de nouveau sur la ligne de départ en ce mois d'août. Avec un nouvel entraîneur, Stéphane Jobard, ancien adjoint de Rudi Garcia à l'OM, pour succéder à Antoine Kombouaré. Instabilité inquiétante sur le banc : après un règne de six ans de Dall'Oglio, deux coachs en six mois !? Cela n'est pas un hasard. Elle illustre un changement de gouvernance du président Olivier Delcourt, qui ne semble plus capable (ou enclin à dépenser) de dénicher les "bons coups" qui ont fait le bonheur du Stade Gaston Gérard pendant de longs mois. Wesley Saïd va partir (sûrement au TFC), personne ne le remplacera !? Bref, la fin de l'aventure en Ligue 1 sent aussi fort que la moutarde à Dijon...

Bien sûr, ce classement n'est que prévisionnel, en fonction des mercatos, des projets... On en saura déjà plus dès demain soir avec le coup d'envoi de la saison donnée au Stade Louis-I entre l'AS Monaco et l'Olympique Lyonnais !

Commenter cet article