Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ligue 1 - Nos choix pour les trophées UNFP (dimanche, 21h)

Publié le par Thomas

Source : UNFP.fr

Source : UNFP.fr

Ce soir se disputera l'avant dernière journée de Ligue 1, avec encore quelques enjeux autour du podium et du maintien, sous forme de multiplex intégral, comme tous les ans. De ce fait, la case horaire du match en "prime time" du dimanche soir sera dédiée à la cérémonie de remise des trophées UNFP de la saison 2018-2019. Ligue 2, D1 féminines, buts, joueurs, entraîneurs : tous y passeront ! Nous vous proposons nos choix pour les quatre catégories phares !

Meilleur joueur de Ligue 1 : Kylian Mbappé (PSG)

Difficile de désigner quelqu'un d'autre ! Fort de ses 30 réalisations en championnat cette saison, l'international français a brillé à plusieurs postes : ailier droit, avant-centre, seul en pointe, à deux... Beaucoup plus présent et décisif pour son équipe que la saison dernière, il a également enfilé un costume de leader que l'on ne lui connaissait pas encore : en effet, durant les longues absences de Neymar et Cavani, il a porté le PSG presque à lui seul sur le front de l'attaque, bien peu aidé par un Choupo-Moting surclassé... A l'exception de son écart au Vélodrome (0-2), qui lui avait valu de débuter sur le banc avant... d'ouvrir le score, il a toujours répondu aux attentes de son coach Thomas Tuchel. On précisera toutefois que Nicolas Pépé aurait mérité d'être élu, et qu'il n'est pas insensé d'imaginer que ses pairs le récompensent lui, tant "KM" est hors-catégorie ! Angel Di Maria a aussi été auteur d'un exercice satisfaisant. En revanche, Neymar n'a même pas disputé la moitié des matchs quand Hatem Ben Arfa n'est sorti du lot que par son irrégularité chronique !

Meilleur espoir de Ligue 1 : Boubacar Kamara (OM)

En préambule, précisons que nous prenons parti pour ne pas attribuer plusieurs titres à un même joueur, expliquant l'absence de Kylian Mbappé. Par la suite, les saisons en demi-teinte de Houssem Aouar et Ismaïla Sarr n'ont pas joué en leur faveur. Le rhodanien a eu une fâcheuse tendance à "choisir ses matchs" et n'a pas encore confirmé tout le bien dit sur lui l'an dernier. Le breton a souffert du même syndrome que sa formation, à savoir une régularité inexistante, parfois même à l'intérieur d'une même rencontre, capable de mettre un bijou puis de disparaître des écrans, délaissant même le repli défensif ! C'est pourquoi nous avons jeté notre dévolu sur Boubacar Kamara : le marseillais a été le seul à surnager un peu dans le marasme phocéen, s'installant très vite à la place de défenseur central et de patron de l'arrière-garde, successivement gardée par Rami, Gustavo ou Caleta-Car, tous jugés peu satisfaisants par Rudi Garcia. Jonathan Ikoné était en concurrence, mais le fait qu'il soit en retrait de ses deux compères de la "BIP-BIP" (Bamba et Pépé) tant sur le plan médiatique que statistique nous a permis de trancher !

Meilleur gardien de Ligue 1 : Anthony Lopes (OL)

A l'instar de Kamara, le portier international portugais a régulièrement maintenu l'Olympique Lyonnais à flot lorsque le navire tanguait. Certes, on peut mettre en exergue le classement de la défense rhodanienne (10ème de Ligue 1) pour privilégier les noms, tout-à-fait légitimes au passage, de Benjamin Lecomte, Mike Maignan ou Edouard Mendy. Mais on peut aussi se servir de ce chiffre pour amplifier les prestations du protégé de Grégory Coupet : il doit bien (trop ?) souvent négocier des situations de défense prise dans son dos, voire de un-contre-un. De plus, Jérôme Alonzo, consultant sur La Chaîne L'équipe, mettait il y a quelques jours en avant sa "tonicité" et sa capacité à "commander sa surface" sur le plateau d'Estelle Denis. Quant à Alphonse Aréola, la rotation un peu malsaine avec Buffon mise en place par Thomas Tuchel l'a clairement désavantagé, puisqu'il a eu moins d'opportunités pour se montrer !

Meilleur entraîneur de Ligue 1 : Christophe Galtier (LOSC)

C'est sûrement le choix le plus facile à faire, tant la saison des dogues est complète ! Au bord de la relégation l'an dernier, le technicien français a su remodeler un groupe équilibré avec peu de moyens (Bamba, Ikoné ou encore Rémy arrivés libres) et l'exploiter de façon intelligente afin de mener son club à la place de dauphin du PSG. L'ex-stéphanois a surtout brillé par sa régularité, là où une majorité de suiveurs voyaient "un effet de mode" ou "un feu de paille" : face aux gros comme aux petits, le LOSC a engrangé les points jusqu'à s'assurer la deuxième marche du podium. Les succès de prestige face au PSG (5-1) ou Marseille (3-0 puis 1-2) n'ont fait qu'améliorer l'image d'un coach apprécié de tous, à commencer par les joueurs, en témoigne les seaux d'eau renversés en conférence de presse dimanche dernier ! La concurrence ? Quasiment effacée ! Si Thierry Laurey et David Guion avaient enthousiasmé à l'automne puis au printemps, le relâchement des deux derniers mois a un peu terni leur image. Thomas Tuchel, adulé par tous (ou presque) jusqu'au triple naufrage en coupes (éliminations face à Manchester et Guingamp puis défaite en finale de Coupe de France face à Rennes), a laissé ressortir de la tension et surtout une incapacité à trouver les solutions, entraînant une série jamais vue au PSG sous l'ère qatarie d'une seule victoire sur six matchs. Enfin, Bruno Génésio semble bien parti pour laisser Lyon sur le podium et est le seul, malgré une irrégularité effrayante, à pouvoir chatouiller "Galette". Néanmoins, certains coachs n'ont pas été retenus de manière étonnante : Jean-Louis Gasset (ASSE) par exemple, ou Bernard Blaquart (Nîmes), actuel leader du classement des entraîneurs de 105x68...

La cérémonie livrera donc son verdict pour la 28ème fois demain soir à 21h, en direct et en clair sur beIN Sports. Avant de vivre la dernière journée d'une saison bien mouvementée vendredi prochain !

Commenter cet article