Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Coupe de la Ligue - La plus belle finale des dix dernières années ?

Publié le par Thomas

Source : L'équipe.fr

Source : L'équipe.fr

A quelques heures de l'affrontement inédit entre le Racing Club de Strasbourg et l'En Avant Guingamp en finale de la Coupe de la Ligue, on se demande s'il ne s'agirait pas de l'une des plus belles finales que l'on ait connu ces derniers temps dans cette compétition...

Surprise permise, le PSG absent !

Oui, son absence à ce stade de la compétition est une sacré surprise : le PSG, quintuple tenant du titre, s'est fait surprendre en début d'année 2019 par le finaliste breton en s'inclinant d'un but, au terme d'un match rocambolesque. Les visiteurs avaient en effet bénéficié de trois pénalties (dont deux totalement justifiés) sur des bévues défensives du club de la capitale, permettant à Ngbakoto et Thuram de propulser En Avant en demi-finale ! Ainsi, cette non-présence permet de retrouver un peu de suspens à l'aube de cette rencontre, comme le confirme Thierry Laurey, le coach alsacien : "On va disputer la finale la plus ouverte de ces dernières années". Une incertitude sur le résultat qui pourrait attirer les téléspectateurs, qui sont sûrement lassés de voir le PSG dérouler chaque année. D'autant plus que les deux formations semblent relativement proches sur un match !

Y-a-t-il vraiment un favori ?

Si Jocelyn Gourvennec se montrait dithyrambique envers Strasbourg, affirmant que "l'OM de l'Est" était favori au vu de son classement en championnat -les alsaciens sont dixièmes, les bretons récemment barragistes après avoir été lanterne rouge depuis fin août- , Thierry Laurey était lui beaucoup moins affirmatif assurant que les deux clubs n'avaient tant d'écart sur un match. En effet, au vu des effectifs proposés ce soir, il est difficile de dégager un réel favori. Si on devait le faire, on miserait quand même sur le Racing, qui enregistre qui plus est le retour de leur maître à jouer Jonas Martin, pas assuré de débuter, et peut s'appuyer sur un duo offensif particulièrement efficace ces derniers temps Ajorque-Mothiba. On suivra toutefois de très près Marcus Thuram côté costarmoricain, qui avait remis Guingamp dans le bon chemin en demie face à Monaco (2-2).

Deux parcours remarquables !

Ce qui est certain, c'est qu'il est difficile de dire quelle équipe mérite le plus de "ramener la coupe à la maison" tant leurs parcours respectifs sont admirables voire exceptionnels ! Les strasbourgeois ont débuté par la réception du LOSC en 1/16èmes de finale, sensation de la saison et dauphin du PSG, et se sont imposés à la Meinau (2-0), avant de se déplacer au Vélodrome en fin d'année 2018 (qualification aux TAB) et au Groupama Stadium (1-2) quelques semaines plus tard. De retour dans leur antre en demie, les alsaciens se sont faits peur après l'ouverture du score bordelaise, mais ont finalement terrassé leurs adversaires (3-2) et validé leur ticket pour Lille ! Les bretons n'ont hérité d'une route que guère plus simple : trois qualifications aux Tirs aux Buts grâce notamment à leur incroyable gardien numéro 2 Caillard (devenu depuis le numéro 1) face à Angers, Nice et Monaco en demi-finale. Le plus beau souvenir pour les hommes de Gourvennec est évidemment cette superbe soirée au Parc des Princes le 9 janvier : menés 1-0 après l'ouverture du score de Neymar, ils ont hérité de deux pénalties (ils en avaient déjà obtenu un raté par Thuram à 0-0) transformés pour faure chuter ceux qui règnent sur cette compétition depuis cinq années !

Une finale à Lille, terre de foot !

Le lieu même de cette 25ème finale de la Coupe de la Ligue est un symbole : le Stade Pierre-Mauroy, l'une des enceintes les plus récentes et fonctionnelles de l'hexagone, basée à Villeneuve d'Ascq, à quelques pas de Lille. Le nord, cette terre de football, qui vibre au gré des parcours et épopées du Racing Club de Lens jadis en coupe d'Europe et multiple champion de France, et désormais surtout du LOSC, dans l'élite depuis plusieurs années et qui réalise un exercice 2018-2019 remarquable avec à sa tête Christophe Galtier ! Les amoureux de ce sport sont des milliers dans les "Hauts-de-France" et nul doute qu'ils apprécieront le spectacle ce soir !

Une ferveur magnifique...

25 000 ? Il s'agit du nombre de supporters alsaciens qui font le déplacement ce soir dans le Nord pour soutenir leur équipe. L'un des plus beaux publics de France, qui embrase la Meinau tous les week-ends en poussant leurs joueurs, quelque soit les scénarii ! Combien de matchs incroyables se sont disputés dans cette enceinte depuis la remontée du Racing en Ligue 1, il y a 18 mois ? La victoire face au PSG en décembre 2017 (2-1), le coup-franc de Liénard dans le temps additionnel face à l'OL (3-2) assurant le maintien... Le superbe article dédié à ce club dans France Football cette semaine confirme cette tendance : une petite fille qui s'accroche à la fenêtre du car pour ne pas quitter les joueurs, un joli symbole pour une brillante institution !

15 000 ? La masse de "paysans" qui rejoignent Lille pour encourager les guingampais ! Guingamp ne peut laisser indifférent : ce petit village qui combat le reste de la France pour réaliser (pour l'instant) tous les ans l'exploit de se maintenir dans l'élite avec l'un des budgets les moins élevés de l'hexagone. Amusés de cette image, les bretons ont envoyé un tracteur depuis lundi pour sillonner les routes départementales, aux couleurs de l'En Avant, et rejoindre le Stade Pierre-Mauroy cette après-midi ! Spécialiste des aventures en coupes nationales -Gourvennec a déjà ramené la Coupe de France en 2014 aux dépens du voisin rennais- , les pensionnaires du Roudourou sont prêts à ouvrir le champagne, remplaçant le temps d'une soirée le cidre et les galettes saucisses...

Laurey - Gourvennec : deux coachs qui comptent !

On termine ce tour d'horizon avec les entraîneurs. Thierry Laurey d'abord : battant de nature, le technicien du RCSA a réussi à faire monter son club en Ligue 1 il y a un an et demi, mais surtout à la maintenir deux années consécutives. Jamais avare d'efforts, il a confirmé tout le bien qu'il avait laissé entrevoir au Gazélec Ajaccio lors de son aventure dans l'élite. Plutôt adepte de jeu, il sait aussi se montrer plus pragmatique afin de ne pas hypothéquer ses chances face à plus fort que lui. On notera aussi sa forte activité en cours de match : bien loin des polémiques autour de la blessure de Neymar, il ne subit jamais les événements, n'hésitant pas à changer de dispositif et/ou de joueurs quand son équipe ne tourne pas comme il le voudrait !

Enfin, Jocelyn Gourvennec force l'admiration : entraîneur à succès de Guingamp entre 2010 et 2016, où il ramènera la Coupe de France en 2014 et retrouvera l'élite avec son groupe, il a tenté l'aventure bordelaise par la suite. Malgré une première bonne année, il sera limogé lors de sa seconde saison et intégrera vite l'équipe du Canal Football Club. Ce passage médiatique renforcera auprès du grand public la bonne image qu'il avait déjà cultivé en Bretagne. Lorsque Bertrand Desplat le rappellera pour sauver l'En Avant, mal engagé et dernier de Ligue 1, il acceptera presque comme un devoir de revenir dans ses terres bretonnes d'origine. Il nourrit, malgré ce classement, de belles ambitions pour le club, mais aussi personnelles, rêvant de suivre l'exemple de Maurizio Sarri, devenu un "nom" sur le tard...

Voilà les (nombreuses) raisons pour lesquelles il ne faudrait rater cette finale sous aucun prétexte. Un bon moment de football à partager, comme on les aime !

Commenter cet article