Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

International - Comment la favorite Espagne a-t-elle sombrée ?

Publié le par Thomas

Source : L'équipe

Source : L'équipe

Après l'Allemagne et le Portugal, ça a été au tour des espagnols de se faire éliminer hier en 1/8ème de finale face à... la Russie !

Le pays organisateur, pourtant totalement outsider de cette compétition, a su défendre en bloc équipe et profiter des très très rares sorties de balles pour marquer un but sur un pénalty bêtement concédé par Piqué de la main et transformé par Dzyuba (41'), qui répondait à l'ouverture du score espagnole contre son camp de Ignashevish (12'). Dès lors, les hommes de Hierro faisaient tranquillement tourner le ballon dans leur camp, entrant ainsi parfaitement dans le jeu des russes qui voulaient les tirs aux buts... et les auront ! Le gardien Igor Akinfeev en repoussera deux et la suite est connue !...

Mais pourquoi cette Espagne, si séduisante il y a encore deux mois après une lourde victoire face à l'Argentine (6-1), s'est-elle effondrée dans ce mondial ? Réponse : le coach !!!

En effet, à deux jours du coup d'envoi de la compétition, le président de la fédération espagnole décidait de... limoger Julen Lopetegui, son sélectionneur. La raison officiellement évoquée ? Un contrat signé avec le Real Madrid pour... après la compétition !! En fait, la volonté de ce néo-président était surtout d'affirmer son autorité, quitte à faire perdre son pays, car une Coupe du Monde se prépare sur 4 ans, pas 48 heures, même quand on a les plus grands joueurs... Il a été remplacé par Fernando Hierro, directeur sportif historique de la Roja. D'abord, contre le Portugal, on a vu une équipe décontenancée qui ne négociait pas au mieux son début de compétition en concédant en nul (3-3), avant de s'imposer très difficilement face à l'Iran (1-0) et de se qualifier in-extremis grâce à un 2-2 face au Maroc, avec un deuxième but pas valable...

Et tout cela s'est payé en 1/8ème de finale donc, puisque Hierro n'étant pas un coach (car cela ne s'invente pas...!), il n'a pas trouvé les bons mots et a eu un coaching très moyen, ne cherchant pas à bousculer cette muraille russe.

Les espagnols reviendront donc dans quatre ans normalement, et peut-être avec le même sélectionneur que les quatre années qui auront précédé... Que cela serve de rappel : entraîneur, c'est un métier, et celui-ci a un rôle clé dans la réussite (ou pas) d'une formation !

Commenter cet article

jean_luc53 11/07/2018 12:50

C’est vraiment malheureux pour l’Espagne, mais c’était prévu d’avance. Ils ont perdu leur sélectionneur à deux jours du début de la Coupe du monde. De ce fait, Hierro, l’entraîneur nommé à la dernière minute, n’a pas eu le temps de préparer l’équipe comme il le fallait. De plus, comme tu l’expliques dans ton article, je pense que la Roja s’attendait à un match facile et elle a été prise au piège par les Russes.