Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Champion's League - Après Real-PSG (3-1) : petits dirigeants, petit club...

Publié le par Thomas

Champion's League - Après Real-PSG (3-1) : petits dirigeants, petit club...

Alors que le PSG s'est incliné hier soir à Bernabeu, et que le club devrait être plus que jamais soudé pour espérer inverser la tendance au match retour, il est au contraire en train de se décomposer, résultat d'une politique et d'une gestion catastrophiques...

Ils ne jouent pas... Leurs femmes enflamment la toile !

Unaï Emery a fait des choix forts pour la rencontre d'hier (plus ou moins justifiés !?) en laissant Thiago Silva sur le banc, alors qu'il est capitaine du club de la capitale, et en ne faisant même pas rentrer Dì Maria, qui marche sur l'eau depuis le début 2018. Mais après tout, ce sont des choix du staff ! Toutefois, les dames n'ont pas apprécié... En effet, l'épouse du capitaine parisien a publié sur Instagram le cliché suivant : "Tactique, tactique, mais où elle est la tactique ?", taclant ainsi sévèrement l'entraîneur espagnol. Quant à la compagne d'Angel Dì Maria, elle a été encore plus cash : "Tes efforts + ton super travail + tes buts + tes passes décisives + ta meilleure forme = BANC. Mais nous ne comprenons rien au foot, nous sommes des femmes...". Des interventions inimaginables dans les plus grandes institutions d'Europe telles que le Barça, la Juventus ou le Real. Mais même dans les clubs moins importants, ces situations n'arrivent pas ! Croyez-vous que la femme de Nabil Fékir se permettrait de remettre en cause Bruno Génésio et l'institution OL de Jean-Michel Aulas ? "Ceci n'arrive pas à Nîmes non plus !" clamait Jean-Jacques Bourdin, dirigeant du club de Ligue 2, ce matin dans Bourdin direct sur RMC.

Mme Silva n'a pas laissé passer le choix d'Emery...
Même combat pour l'amie de l'ailier parisien...

Un président obnubilé par Neymar et l'arbitrage !

C'est bien évidemment l'autorité du président Nasser qui est remise en cause. Après les affaires Aurier, qui avait été légitimé par le dirigeant qatari d'avoir insulté Laurent Blanc, et Verratti cet été qui avait balancé ses vérités pour rejoindre le Barça, on pensait que l'arrivée de Henrique au poste de directeur sportif avait calmé les choses, visiblement non ! Et pendant ce temps, le cher président passe son temps à encenser Neymar, comme une diva qui craint de perdre son bijou, assurant qu'il "restera au PSG la saison prochaine" et qu'il "se plait à Paris". Hier soir, en zone mixte, il a également critiqué l'arbitrage de Mr Rocchi, qui a à son goût avantagé le Real Madrid, et a lancé qu'il "fallait que l'UEFA fa[sse] quelque chose".

Al-Khelaifi sera toujours derrière "chouchou" Neymar !

Un entraîneur pas libre...

Certains blâmeront Unaï Emery à tort ou à raison. Ce qui est certain, c'est qu'il ne décide pas de tout et est fortement influencé par les brésiliens du vestiaire, clan mené par un certain Dani Alves, titulaire tous les matchs malgré des performances decrescendo, et son copain Neymar... Le problème est que les relations joueurs-président sont plus fortes que celles joueurs-coach dans ce club, retirant toute légitimité à l'entraîneur en place. Alors, les dirigeants qataris changeront probablement de staff technique à la fin de la saison, mais la question sera alors double : accepteront-ils de lui donner toutes les cartes en main ? Sinon, quel "grand" technicien acceptera cette situation ?

Unaï Emery ne sera probablement plus l'entraîneur du PSG la saison prochaine...

Autant de questions auxquelles les dirigeants du PSG n'ont probablement pas la réponse... La priorité est en tous cas de réunifier le vestiaire pour le match retour dans trois semaines, où les parisiens auront toutes leurs chances de passer en quarts.

Commenter cet article